La Copro des Possibles, pour apprendre à décider une rénovation énergétique

11 juin 2021


Sensibiliser copropriétaires et syndics aux méthodes qui facilitent les décisions en commun, en particulier celles qui touchent à la rénovation énergétique, c’est le but des programmes déployés par la Copro des Possibles, conçus et animés sous l’égide de Denis Vannier, qui a répondu à nos questions.

Qu’est-ce que la Copro des Possibles ?

La Copro des Possibles c'est une école de la copropriété, qui mise sur les relations comme clé de réussite des projets collectifs, tels que la rénovation énergétique, par exemple.

La Copro des Possibles c'est en fait un programme C2E (Certificats d'Économie d'Énergie). 

Un appel à projets a été publié en 2018 par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, pour sensibiliser et former les gestionnaires de syndic et les copropriétaires aux économies d'énergie. 
4 programmes C2E Copropriété en ont été lauréats, dont CS partenaires, que j’ai créé.

Et vous avez concrétisé ces programmes ?

Je suis propriétaire depuis longtemps et le projet est parti de mes constats personnels et de ce que j’ai appris sur le tas.
L'idée de base, c'est de mettre les copropriétaires au centre de leurs projets pour qu'ils y adhèrent. Ça parait évident. C'est la philosophie, le noyau, je dirais, du programme. 

En 2019, nous avons d'une part co-concu ce programme avec des syndics, pour les syndics ; et d’autre part, avec des copropriétaires, le parcours de mobilisation des co-propriétaires. 
Et depuis 2020 nous avons lancé le déploiement sur 8 régions de France.

Voyons le programme destiné aux syndics …

Pour les syndics, le programme s’adresse à des professionnels éligibles loi Alur. Leur carte professionnelle comporte l’obligation de suivre une formation. 

Nous avons conçu cette formation sur une journée, avec le matin les bases de la rénovation énergétique. Quels sont les acteurs à consulter, à solliciter pour mener une rénovation énergétique du début à la fin. Quelles sont les étapes d'une rénovation énergétique, avec une frise qu'on offre aux gestionnaires à la fin de la journée.

L'après-midi on envisage les enjeux humains. Comment accompagner au mieux les co-propriétaires par rapport à ce qui se joue au niveau social, dans un groupe de co-propriétaires. Comment adopter une nouvelle posture. C’est d'ailleurs le titre de leur formation. 
Quelles sont-elles ces postures qu’adoptent les gestionnaires d’habitude. Et quelle sera la nouvelle posture plus facilitatrice pour accompagner l'ensemble des co-propriétaires vers des décisions collectives ?

L'autre particularité de notre programme de formation, c'est que cette journée de formation est suivie de deux à trois rendez-vous de type coaching. La formation est animée par des forma-coachs, qu'on a formés partout en France.
Ces format- coach, mi formateur, mi coach, vont suivre les syndics après la formation, un peu comme des rendez-vous SAV, pour qu'ils puissent expérimenter et améliorer la mise en pratique des compétences acquises. Voilà pour les syndics.

Passons au programme copropriétaires … L’important, c’est le conseil syndical, non ?

Nous nous adressons surtout aux propriétaires dans des résidences qui, dans les cinq ans, auront des travaux d'entretien importants à faire.
Notre public préféré, pour les atelier-rencontre ce sont les copropriétaires motivés à faire bouger leur copro. C'est souvent le conseil syndical, mais pas que. 
Certaines personnes, qui n’appartiennent pas au conseil syndical, veulent faire bouger les choses mais ne savent pas comment s'organiser. Ils peuvent débuter le programme, puis prendre contact avec le conseil syndical pour initier un projet.

Dans les grandes agglomérations des 8 régions où nous intervenons, nous organisons des "déclics", ce sont des événements qui ont souvent lieu le samedi, avec des acteurs professionnels de la région, des partenaires locaux. Il s'agit de leur faire rencontrer les propriétaires et faire en sorte aussi que les copropriétaires se rencontrent entre eux. 

Vient ensuite les ateliers-rencontre. Ils sont animés de manière participative et organisé en deux parties. En première partie un Trivial Poursuit : le Jeu de la Copro des Possibles, avec des questions sur cinq thématiques de la copro. L’aspect juridique, l’aspect technique, le côté rénovation énergétique, mais aussi l’aspect humain. 

Après cette première partie une pause, durant laquelle les copropriétaires peuvent échanger.

Ces réunions, elles réunissent des gens de la même copropriété ?

On est ouvert et accessible à n'importe copropriétaire. L'intérêt au début, c'est que des membres de différentes copropriétés soient au même atelier-rencontre. Ils ont ainsi des échanges de pratiques, de vécu, d'expérience d'autres résidences de leur agglomération.

Après, si les copropriétaires ont apprécié et s'ils ont des projets, ou veulent en lancer un avec des voisins de leur résidence, nous pouvons faire un autre atelier-rencontre en groupe. La formation syndic, ainsi que la formation copro sont gratuites jusqu'à la fin de l'année. 

La deuxième partie c'est une AG fictive. 

On simule une AG, l'équipe qui a gagné la trivial poursuit joue le conseil syndical, qui présente lors de cette AG fictive un projet de rénovation énergétique. 
Nous utilisons la rénovation énergétique comme un prétexte. C'est très important dans notre programme. 
On utilise un exemple fictif ou réel de rénovations énergétiques, que le conseil syndical présente à une fausse AG. L'ensemble des autres propriétaires sont présents. Les forma coach animent cette AG, font des pauses. 
"Là vous n'écoutez plus", "on entend qu'il y a des tensions", "vous vous tutoyez, vous vous invectivez", "vous pourriez faire différemment pour que ça se passe mieux, voyons comment...".

Autant pour les syndics, que pour les copropriétaires, nous utilisons la rénovation énergétique pour réapprendre la copro, pour prendre du recul et voir d'autres freins à la rénovation énergétique, comme les freins humains ou la posture qu'ils adoptent dans la relation pour faire avancer un groupe. 

Quels enseignements tirez-vous de ces premières opérations ?

Les programmes C2E Copropriété sont là pour sensibiliser, former et ensuite amener à l’autonomie les copropriétaires, c'est notre vocation avec cette philosophie du coaching. 
Nous leur donnons des outils qu’ils peuvent utiliser ensuite de manière autonome, pour faire des projets ensemble. Car les résidences sont de microsociétés. Nous les accompagnons, pour mieux s’entendre parce que s'entendre, ça s'apprend. 

Pour aller vers une rénovation énergétique, nous pouvons les amener a réaliser de petits projets d'échauffement : organiser des réunions collectives d'information ou d'échange ou une fête des voisins.

C'est une démarche vertueuse du point de vue social, du point de vue individuel et collectif, et du point de vue écologique. L'écologie, ce n'est pas les écologistes et les autres, c’est prendre soin de soi ensemble. 

Le coach qui anime les formations syndic dispose des connaissances métier, il peut donner des réponses, mais la priorité c’est d’amener le groupe à trouver les réponses parmi les individus qui sont là, leurs expériences, leurs compétences. Échanger les réactions, c'est interactif, et dynamique.

Quelles évolutions par rapport à vos objectifs ?

Les objectifs en 2019, c'était toucher 8 000 propriétaires et 800 gestionnaires de syndic par le biais de 40 forma-coachs. Vu le contexte de pandémie Covid, on s’est adapté. 
On a créé la version virtuelle de chaque programme, pour développer l'un ou l'autre selon qu’on est en confinement ou pas, selon la région, selon les préférences de nos interlocuteurs, etc. 

Cette année, on passe de 40 à 150 forma-coachs, actuellement 135, et on les forme avec l'Adème et leur programme C2E Star, un grand programme national pour animer et former les conseillers du réseau FAIRE, du service public. 

Quant aux syndics ciblés, ils sont passés de 800 à 1 500. 
Mais vu les difficultés à faire des réunions, nous avons dû baisser nos ambitions de contacts avec les copropriétaires, notre objectif est passé de 8 000 à 2 000.

On dispose aujourd’hui de 28 forma-coachs pour former et animer les sessions syndics surtout dans les grandes agglomérations, en Île-de-France, Auvergne, Rhône-Alpes, Loire-Bretagne, dans le Sud aussi, et d’une centaine de forma-coachs copropriétaires, pour animer les ateliers-rencontres des copropriétaires.

À lire également