Bed and Friends, le co-living pour les tribus d'aujourd'hui

10 décembre 2020


Ex-champion du Monde de ski, Julien Lopez est un entrepreneur à l'enthousiasme communicatif. Cela lui a permis de concevoir un type particulier de co-living, cette approche renouvelée de la colocation, à travers Bed and Friends. Il nous en parle.

Qu'est-ce que Bed and Friends ?

Comme skieur professionnel, j'ai voyagé, en compagnie de mon équipe, dans beaucoup d'endroits. Ce mode de vie collectif m'a ouvert des perspectives. Mes résultats m'ont permis d'acheter et d'équiper un appartement que j'ai loué, en colocation, avec l'idée de créer un nouveau type de co-living, inspiré de ce que j'ai vécu durant mes années de compétition. C'est-à-dire sur un mode nomade et connecté, appuyé par le partage et le collectif, le voyage et le sport.
Bed and Friends, c'est un abonnement à une tribu, citoyenne du monde, qui permet de vivre des expériences fortes et fédératrices, aux 4 coins de la planète. Cela se traduit donc pour commencer par la création de lieux de co-living. 
Étant skieur, j'ai commencé par en créer un à La Plagne, un autre à Chambéry et à Aix-les-Bains. Un autre est en projet sur la côte Sud-Ouest à Capbreton, d'autres projets se situent à Lyon, et aussi à Lille et Roubaix…

Ce type de projet suppose que les co-livers s'investissent dans leur communauté…

Absolument, c'est pourquoi nous avons créé la fonction de "capitaine de coloc". C'est un colocataire, qui se sent bien dans ce collectif, qui y vit depuis peut-être un an ou deux, et à qui l'on propose ce poste. Et donc ce co-liver, très intégré, devient capitaine de son groupe. Il fait vivre sa "tribu", il l'anime.
Par exemple, un candidat locataire rencontre son "capitaine de coloc", qui, avec l'ensemble du collectif, le valide. Une fois validé, son dossier est déposé en ligne puis le locataire a accès à son logement, grâce à des portes digitales et connectées.

Par ailleurs, ces projets de colocation génèrent des problèmes administratifs et de gestion pour lesquels j'avais besoin de soutien. Et je ne voulais pas d'un administrateur froid et indifférent, je voulais rester dans la même atmosphère collective et faire appel aux forces vives de l'endroit. 
C'est pourquoi une part importante du rôle du capitaine, c'est de contribuer à la gestion de la colocation, en utilisant l'appli que nous avons créé à cet effet. 

Et vous pourrez aller au-delà avec chacun d'entre eux, c'est cela ?

C'est cela. Au bout de quelque temps, si tout se passe bien, il devient éligible au programme "Investimer". C'est-à-dire qu'il investit de son temps, en contribuant à la gestion, et après un certain temps, il devient possesseur de parts d'une des SCI. Au bout de plusieurs années, il peut être propriétaire d'un logement.

Comment développez-vous ce projet ?

Par l'intermédiaire de BPI France, j'ai rencontré un partenaire avec lequel nous réunissons des investisseurs, avec un programme assez ambitieux, axé sur l'année olympique, 2024 : nous voulons constituer 24 SCI, et 24 investimers pour s'en occuper, autour de notre concept et de notre application, c'est-à-dire autour d'une vision moderne du co-living.

À lire également