FIJ, un réseau de mandataires en développement

09 avril 2021


Les vocations de mandataires immobiliers se multiplient actuellement, les réseaux pour les accueillir font flores ; A côté des plus gros, qui s’appuient sur le nombre, d’autres comme FIJ, ont d’autres arguments, que nous décrit son créateur, Julien Bernady.

FIJ est un réseau de mandataires immobiliers ?

Oui, un réseau créé à Toulouse, qui compte aujourd’hui une quarantaine d’agents mandataires sur toute la France, avec l’objectif d’arriver à 100. 

Quels sont les résultats de votre réseau en 2020 et en ce début d’année ?

Ils progressent bien puisque nous aurons atteint fin avril le chiffre d’affaires de toute l'année 2020. 
Ça nous permet de développer notre campagne de recrutement 2021. Paradoxalement, nous sommes actuellement peu développés sur Toulouse et notre objectif à court terme, c’est-à-dire en 2021, c’est de faire émerger un réseau "Sud-Ouest" en ouvrant Bordeaux et Montpellier et en renforçant Toulouse.

Quels sont vos arguments pour convaincre de nouveaux agents ?

Le premier des arguments, c’est la rémunération. Dès 39 000 euros de chiffre d’affaires, l’agent touche 95 % de la commission. Les autres réseaux qui proposent ça, c’est généralement après 100 ou 150 000 euros de chiffre d’affaires. 
Plusieurs agents travaillent déjà chez nous comme ça, pour 95 % de la rémunération.

Vous avez aussi un programme de formation ?

Les agents qui nous rejoignent bénéficient d’un système de formation commerciale qui reprend tout ce qu’il faut savoir sur les techniques commerciales.  Comment négocier un prix, comment rentrer une exclusivité... Ils ont également une formation juridique. La loi Hoguet, la loi Alur, tout ce qu’on peut faire, ce qu’on ne peut pas faire quand on exerce cette profession. 
Nous avons développé un logiciel dans lequel nous avons intégré le e-learning. Donc tous les agents ont la possibilité d’aller sur leur espace et de suivre des cours, soit sous forme de fiches pédagogiques soit directement avec la vidéo

Et dans leur activité au quotidien ?

D’abord nos agents diffusent gratuitement et en illimité toutes leurs annonces sur tous les gros portails immobiliers, Le Bon Coin, Se loger, ParuVendu, Superimmo, Logicimmo...

Pour les soutenir dans leur activité, notre logiciel, Easy'a, en plus du elearning, leur permet de saisir leurs annonces, de les exporter, de gérer leur agenda. Mais également de générer des documents à l’attention de leurs clients vendeurs :

- un dossier d’estimation, d’une quinzaine de pages, qui permet au vendeur d’être en phase avec le marché. Nous expliquons ce qui nous a permis d’en arriver là : les biens vendus récemment dans l’environnement proche, ceux qui sont en vente actuellement. Nous recommandons un prix qui permettra aux acquéreurs de suivre.

- un rapport d’activité mensuel, qui détaille les visites qui ont été faites, les points positifs et négatifs. Nous émettons également s'il y a lieu des recommandations à propos du prix, de l’organisation du logement par exemple, pour que le logement puisse être vendu dans les prochaines semaines.

- un rapport pour chaque visite, avec le ressenti des acquéreurs-visiteurs, leur réaction au prix, à l’aspect intérieur et extérieur, noté par des étoiles, de 0 à 5.

Ce sont des outils de suivi pour faciliter le quotidien de nos agents et leur permettre d'avancer avec le client vers la vente et de pouvoir générer du mandat et des retours positifs.

Et pour les acquéreurs ?

Pour les acquéreurs, justement, nous leur recommandons de bien préparer leur dossier.

Par ailleurs, lorsqu'il y a des travaux à prévoir, nous suggérons aux vendeurs, dès la prise du mandat, de faire appel à des professionnels, des artisans qui vont estimer les travaux à effectuer. Cela peut éviter de faire peur à des acquéreurs inquiets d’une rénovation non quantifiée et aider à faire aboutir la transaction. 

Donc, 100 agents à la fin de l’année ?

C’est l’objectif, oui, mais nous tenons à maîtriser nos recrutements. On pourrait en avoir trois fois plus aujourd’hui. Ce n’est pas notre but.  Notre but, c’est de recruter des agents qui apportent plus au réseau, le but aussi c’est de ne pas grandir trop vite, pour pouvoir s’en occuper et les garder dans le réseau parce qu’ils s’y sentent bien. C’est notre fierté de voir que quasiment tous nos agents ont des résultats et sont heureux au quotidien.

Les 100 agents que nous voulons, ce sont des gens sérieux, qui ont des résultats et auxquels on peut apporter quelque chose.  Il n’est pas nécessaire qu’ils fassent ce métier depuis de longues années ! 
Parmi nos meilleurs agents, certains l’étaient en complément d’une autre activité, et leurs résultats les ont poussés à se recentrer à 100 % sur leur activité de mandataire du réseau FIJ. 
 

À lire également