Homunity : le crowdfunding immobilier, un placement différent

27 janvier 2021


Le crowdfunding immobilier est un placement de court terme et à fort rendement. Cela n'a pas manqué d'attirer les investisseurs, de plus en plus nombreux, comme nous le confirme Quentin Romet, co-créateur et dirigeant d'Homunity, une des plateformes de crowdfunding en France. 

Qu'est-ce qu'Homunity ?

Une plateforme de crowdfunding immobilier sur laquelle les particuliers peuvent investir dès 1 000 euros. L'objectif de rendement est de 8 à 10 % annuel, la durée d'investissement est entre 12 et 24 mois.
Nous avons contribué à financer 250 projets depuis notre lancement en 2014.

Cela progresse chaque année ?

Nous avons une croissance à deux chiffres depuis le lancement. Plutôt positif donc.

En 2020 aussi ? Pas de crise ?

Pas du tout. C'est notre meilleure année en matière de collecte – 82 millions d'euros – ainsi qu'en nombre de projets remboursés. Et nous pensons que 2021 sera encore meilleur !

L'argent qu'on vous confie, où va-t-il ?

Il va renforcer les fonds propres du promoteur. Nous n'intervenons pas sur l'aspect bancaire. C'est la marge réalisée par le promoteur sur l'opération qui permet de rémunérer l'investisseur.

Une enveloppe dédiée est créée par le promoteur ?

Oui, une SCC, Société Civile de Construction.

Quelles conditions fiscales pour l'investisseur ?

Les intérêts sont imposés à la flat-tax, comme revenu du capital. Hors impôt sur la fortune immobilière.

Donc après 18 à 24 mois, les investisseurs récupèrent leur mise ?

Oui, le capital et les intérêts, 9,2 % par an en moyenne. Ils peuvent réinvestir dans une autre opération, ou repartir avec.

Ils ne se font pas prier pour réitérer leur investissement, je suppose ?

En effet, nous avons une belle récurrence.

Comment sélectionnez-vous les projets que vous soutenez ?

Une équipe de dix personnes, en interne, analyse chacun des projets sous tous ses aspects ainsi que la solidité du promoteur. 
Nous avons aussi un comité de sélection externe que nous consultons pour des projets bien spécifiques : il est composé de banquiers, de financiers, de promoteurs immobiliers qui apportent des réponses précises à nos questions.

Quel type de bâtiments pour vos projets ?

C'est essentiellement du résidentiel collectif. On intègre deux projets par semaine.

Vous soutenez des projets de quelle taille, jusqu'à quel montant ?

La plus importante collecte a été de 8 millions d'euros. Le plus spectaculaire, c'est une tour en bois, d'une quinzaine d'étages, construite dans Paris. 

Qu'est-ce qui vous intéresse particulièrement dans ce métier ?

Précisément, la diversité. On a travaillé avec une centaine de promoteurs, pour des projets à Courchevel, à Paris, à Lille, avec des projets très divers, en résidentiel, en tertiaire, avec des interlocuteurs tellement différents...

À lire également