Livsty, une solution pour aborder le viager

16 janvier 2019


La vente d’un bien immobilier en viager envisagé comme une solution d’investissement, c’est la solution innovante proposée par Livsty que nous présente l’un des co-fondateurs, Grégoire Berger.

Que propose Livsty ?

Une approche neuve du viager, qui le rend plus accessible et moins risqué.

Le problème du viager classique, c’est le risque de l’occupant qui reste trop longtemps et qui continue à recevoir sa rente, mois après mois. L’acheteur, la plupart du temps unique, voit son investissement gelé pour un délai impossible à préciser, et il doit continuer à payer. Cela éloigne les acheteurs potentiels, au point que beaucoup de vendeurs ne parviennent pas à concrétiser leur projet.

Les vendeurs en viager sont si nombreux ?

Pour 1 acheteur en viager, il y a actuellement 5 vendeurs. Leurs situations et leurs projets sont très divers, mais notre proposition les intéresse tous car ils souhaitent recevoir la valeur de leur bien rapidement. Le délai en viager classique est de deux ans or notre objectif est de réaliser une vente en 3 mois.

Comment vous y prenez-vous pour accélérer la vente ?

Notre proposition permet de diluer le risque de deux façons. D’abord en considérant le viager comme un investissement, avec plusieurs investisseurs, dont chacun achète une part du logement. Nous enregistrons des investissements à partir de 1000 €. L’investisseur peut donc investir sur plusieurs viagers et diluer encore le risque. (Il est possible aussi qu’un investisseur souhaite conserver le bien pour son usage personnel. Il est donc l’acheteur unique).

Et le risque financier disparait complètement puisque la vente se fait en une fois, il n’y a pas de rente à payer chaque mois.

Pas de rente mensuelle, comment cela ?

La valeur d’usufruit est conservée par le vendeur, avec lequel on se met d’accord sur un montant clair et unique, intégré au prix d’achat du bien.

L’investisseur est donc co-propriétaire d’un bien sans aucun frais ultérieur, avec pour seule contrainte d’attendre pour en disposer la disparition de l’occupant.

Et quand l’occupant libère le logement ?

Celui-ci est revendu et chaque acheteur retrouve sa part de l’investissement réalisé. La plus-value peut être attendue selon deux voies : d’une part parce que le logement passe d’occupé à libre, d’autre part du fait de l’augmentation naturelle des prix, au fil du temps.

Depuis quand proposez-vous cette approche du viager ?

Quelques mois, et une dizaine de transactions sont actuellement en cours chez le notaire.

À lire également

Destination Immo utilise des cookies afin d'améliorer ses services en permanence et de permettre certaines fonctions. Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Plus d'info